Qu'est-ce que la lipohypertrophie?

Catherine Goulet-Delorme, RN, CDE, Infirmière clinicienne, Éducatrice agréée en diabète, parle de la technique de rotation de l'insuline.

Loading the player...

Catherine Goulet-Delorme, RN, CDE, Infirmière clinicienne, Éducatrice agréée en diabète, parle de la technique de rotation de l'insuline.
950 Views
Share
Video transcript

Catherine Goulet-Delorme, RN, CDE, Infirmière clinicienne, Éducatrice agréée en diabète

Qu'est-ce que la lipohypertrophie?

Duree: 2min 49

Les lipohypertrophies sont des zones dans la peau ou le tissu a été surutilisé sous la peau. Donc la zone en question peut avoir l’air d’être plus rigide, plus dense et plus dur. Ce sont les endroits de la peau où l’insuline a été injectée trop souvent. Et cela pourrait avoir comme conséquence, une moins bonne absorption de l’insuline, et ainsi altérer le contrôle glycémique. L’apparition des lipohypertrophies apparaissent lors de la surutilisation d’une même zone, c’est-à-dire quand on s’injecte trop souvent au même endroit et quand on ne change pas régulièrement son aiguille d’insuline. On sait que les gens qui s’injectent à l’insuline depuis plusieurs années vont avoir plus tendance à développer des lipohypertrophies, c’est parce qu’il y a plus de chance qu’ils se soient réinjectés aux mêmes endroits.

Pour faire l’auto examen de la lipohypertrophie, il y a plusieurs façons de le détecter. On peut se mettre debout devant le miroir pour mieux voir la zone, la tâter, y constater s’il y a des rougeurs, ou une plus grande densité. Pour mieux l’examiner, pour mieux ressentir l’endroit où se trouve la lipohypertrophie, on suggère de mettre quelque chose sur les mains qui va augmenter la sensibilité pour mieux la détecter, par exemple, de la crème hydratante, ou en encore le savon dans la douche parce qu’avec le savon sur les mains, celles-ci vont glisser un peu plus facilement. L’idée est de repérer les endroits où l’on s’injecte le plus souvent en les tâtant ou en faisant glisser la main pour essayer de sentir des zones plus denses. On peut aussi détecter visuellement des bosses ou des rougeurs qui peuvent nous donner une idée des sites problématiques.

Si on trouve une zone de lipohypertrophie, idéalement on devrait en parler avec son équipe de diabète, que ce soit l’infirmière, le médecin ou la nutritionniste, afin de peut-être ajuster l’insuline en changeant d’endroit pour l’injection. Ce qui est important, c’est de changer d’endroit pour éviter la variabilité des glycémies. Si on change pour aller dans une nouvelle région, l’insuline va probablement être mieux absorbée et pourrait faire en sorte que les doses soient diminuées, donc c’est important de parler avec son équipe de professionnels.

La zones de lipohypertrophie risque d’être plus importante si les gens s’injectent de l’insuline depuis plusieurs années au même endroit et mettront aussi plus de temps à disparaître. Des études montrent qu’entre 3 à 6 mois la zone de lipohypertrophie peut diminuer d’au moins 50 % et peut disparaître complètement. Avant de retourner s’injecter au même endroit, il faut s’assurer de revérifier que les

lipohypertrophies soient disparues et consulter son professionnel de la santé pour avoir de l’aide pour l’examen. Ce qui est important c’est de savoir qu’elles peuvent partir avec le temps.

Si on pense avoir de la lipohypertrophie et qu’on a des questions, il est important de contacter son professionnel de la santé, son endocrinologue, son médecin de famille ou son infirmière, afin d’apprendre comment s’auto-examiner et de faire faire l’examen par un professionnel pour savoir si un ajustement d’insuline est souhaitable.

Presenter: Ms. Catherine Goulet-Delorme, Nurse, Montreal, QC

Local Practitioners: Nurse

This content is for informational purposes only, and is not intended to be a substitute for professional medical advice, diagnosis or treatment. Always seek the advice of your physician or other qualified healthcare professional with any questions you may have regarding a medical condition.